Molière: Le bourgeois gentilhomme

Le Bourgeois gentilhomme est une des comédies les plus populaires de Molière. La première représentation de cette pièce a eu lieu en 1670.

I- Lisez le résumé de la pièce et répondez aux questions de compréhension.

Monsieur Jourdain (le bourgeois gentilhomme) est un riche bourgeois. Son père a fait fortune grâce à son métier de marchand de vêtement. Monsieur Jourdain rêve de quitter la classe moyenne pour devenir noble. Pour cela, il met tout en oeuvre pour devenir ce noble: il achète de nouveaux vêtements, il se fait appeler “Mon Seigneur!” et il engage des maîtres qui pourront lui enseigner les arts de gentilhomme comme la danse, l’escrime, la musique ou la philosophie. Cependant Monsieur Jourdain n’a aucun talent pour ces arts et il est le plus souvent humilié par ses tentatives et sa naïveté.

Madame Jourdain, son épouse, est plus intelligente et n’a pas les mêmes ambitions que son mari.
Monsieur et Madame Jourdain ont une fille, Lucile, qui aimerait épouser le Cléonte. Cependant, ce mariage est inenvisageable pour Monsieur Jourdain car Cléonte n’est pas noble.
Par ailleurs, Monsieur Jourdain est amoureux de la marquise Dorimène. Il fait tout pour la séduire par l’intermédiaire de Dorante. Dorante prétend être un ami et allié de Monsieur Jourdain mais ce n’est pas le cas, Dorante manipule monsieur Jourdain et courtise lui aussi Dorimène.
Comme Monsieur Jourdain est aveuglé par son envie de devenir noble, le valet de Cléonte, Covielle, imagine un stratagème: il organise une cérémonie où Monsieur Jourdain devient mamamouchi (faux titre de noblesse turc). Finalement, Lucile et Cléonte se marieront, Nicole (servante de Lucile) et Covielle aussi et Dorante épousera Dorimène.

Questions de compréhension

II- Extrait: la leçon d’orthographe
Lisez l’extrait de la pièce (acte II, scène 4) et répondez aux questions de compréhension.

Maître de philosophie : Que voulez-vous donc que je vous apprenne ?

Monsieur Jourdain : Apprenez-moi l’orthographe.

Maître de philosophie : Très volontiers.

Monsieur Jourdain : Après vous m’apprendrez l’almanach, pour savoir quand il y a de la lune et quand il n’y en a point.

Maître de philosophie : Soit. Pour bien suivre votre pensée et traiter cette matière en philosophe, il faut commencer selon l’ordre des choses, par une exacte connaissance de la nature des lettres, et de la différente manière de les prononcer toutes. Et là-dessus j’ai à vous dire que les lettres sont divisées en voyelles, ainsi dites voyelles parce qu’elles expriment les voix ; et en consonnes, ainsi appelées consonnes parce qu’elles sonnent avec les voyelles, et ne font que marquer les diverses articulations des voix. Il y a cinq voyelles ou voix : A, E, I, O, U.

Monsieur Jourdain : J’entends (1) tout cela.

Maître de philosophie : La voix A se forme en ouvrant fort la bouche : A.

Monsieur Jourdain : A, A. Oui.

Maître de philosophie : La voix E se forme en rapprochant la mâchoire d’en bas de celle d’en haut : A, E.

Monsieur Jourdain : A, E, A, E. Ma foi ! oui. Ah ! que cela est beau !

Maître de philosophie : Et la voix I en rapprochant encore davantage les mâchoires l’une de l’autre, et écartant les deux coins de la bouche vers les oreilles : A, E, I.

Monsieur Jourdain : A, E, I, I, I, I. Cela est vrai. Vive la science !

Maître de philosophie : La voix O se forme en rouvrant les mâchoires, et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et le bas : O.

Monsieur Jourdain : O, O. Il n’y a rien de plus juste. A, E, I, O, I, O. Cela est admirable ! I, O, I, O.

Maître de philosophie : L’ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.

Monsieur Jourdain : O, O, O. Vous avez raison, O. Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !

Maître de philosophie : La voix U se forme en rapprochant les dents sans les joindre entièrement, et allongeant les deux lèvres en dehors, les approchant aussi l’une de l’autre sans les rejoindre tout à fait : U.

Monsieur Jourdain : U, U. Il n’y a rien de plus véritable : U.

Maître de philosophie : Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un, et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que : U.

Monsieur Jourdain : U, U. Cela est vrai. Ah ! que n’ai-je étudié plus tôt, pour savoir tout cela ?

Maître de philosophie : Demain, nous verrons les autres lettres, qui sont les consonnes.

Monsieur Jourdain : Est-ce qu’il y a des choses aussi curieuses qu’à celles-ci ?

Maître de philosophie : Sans doute. La consonne D, par exemple, se prononce en donnant du bout de la langue au-dessus des dents d’en haut ! Da.

Monsieur Jourdain : Da, da. Oui. Ah ! les belles choses ! les belles choses !

Maître de philosophie : L’F en appuyant les dents d’en haut sur la lèvre de dessous : Fa.

Monsieur Jourdain : Fa, fa. C’est la vérité. Ah ! mon père et ma mère, que je vous veux de mal !

Maître de philosophie: Et l’R, en portant le bout de la langue jusqu’au haut du palais, de sorte qu’étant frôlée par l’air qui sort avec force, elle lui cède, et revient toujours au même endroit, faisant une manière de tremblement : Rra.

Monsieur Jourdain : R, r, ra,  R, r, r, r, r, ra. Cela est vrai. Ah ! l’habile homme que vous êtes ! et que j’ai perdu de temps ! R, r, r, ra.

Questions de compréhension: